Conseils sur le

Ski de Fond

Faire du ski de fond pour apprécier les joies de l'hiver

Chacun d'entre nous cherche à entretenir sa forme, à rester en bonne santé, à être toujours plus proche de la nature ou à découvrir les trésors qu'elle recèle.

Cette activité en groupe nous permet de sortir du quotidien, de socialiser et d’échanger avec des gens qui partagent les mêmes intérêts.

Le ski alternatif (traditionnel) s'apparente à une marche glissée où la progression se fait dans des rails en faisant avancer un ski après l'autre, les bras en décaler.

On choisit en général le ski de fond pour le contact avec la nature et l’aspect complet du sport.

Entretenir sa forme et rester en bonne santé.

Il met à profit tous les appareils respiratoires et circulatoires qui facilitent l'oxygénation des poumons et le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire. Sur le plan cardio-vasculaire justement, il est bon de savoir que cette pratique favorise l'augmentation de la masse et du volume du cœur. Mieux oxygéné, le sang est mieux distribué par le cœur vers les muscles actifs. Sur le plan psychologique, se retrouver au grand air, dans un cadre sublimé par la nature, permet d'accéder à une certaine sérénité, à une certaine harmonie avec soi-même et avec les autres.

On développe ses muscles.

Le ski de fond est un sport où quasiment tous les muscles sont sollicités. Ceux situés autour des épaules à chaque poussée de bâton, les abdos et les fessiers, dont la contraction permet de rester en équilibre. Lors des mouvements d'extension, les bras, notamment les triceps ont un rôle important. Les muscles des cuisses, principalement les quadriceps, travaillent lors de la propulsion.

On y gagne en souplesse.

Les mouvements effectués à chaque enjambée se font en douceur. Résultat, les tensions sont réduites et il y a un assouplissement des fibres musculaires, en particulier au niveau des hanches et des épaules.

De plus, vous brûlerez entre 500 et 900 calories en une heure de ski de fond.

 

HERMAN “JACKRABBIT” SMITH-JOHANNSEN

C’est le 5 janvier, 1987, à l'age de 111 ans, que nous quittait Herman Smith-Johannsen mieux connu sous le nom de « Jackrabbit ». Ce Norvégien d’origine qui adoptait le Canada en 1929 puis les Laurentides en 1932 est considéré comme un des grands pionniers du ski en Amérique du Nord tant au Canada qu’aux États-Unis.

Il vécut dans les Laurentides, à Piedmont, de 1932 à 1985 où il est connu comme étant « le père du ski dans les Laurentides ».

Sa longévité est sans doute un témoignage aux bienfaits d’une vie simple vécue en harmonie avec la nature, en plein air hiver comme été.

 

Conseils

La nutrition
Il faut veiller à une bonne nutrition et à une bonne hydratation. Le principe à retenir étant de manger avant d'avoir faim et de boire avant d'avoir soif. Mais attention à ne pas manger ou ne pas boire n'importe quoi.

Pour une courte balade, il faut prévoir des sucres rapides comme des barres énergétiques, du chocolat ou des fruits secs.

Boire avant, pendant et après l'effort est une bonne habitude. L'eau régularise la température interne du corps, transporte minéraux et vitamines et élimine les toxines.

L’équipement
Inutile d'opter pour un équipement à la fine pointe de la technologie. Il est essentiel de retenir que l'équipement doit être confortable, bien réglé et bien entretenu.

Les vêtements

Système multicouche
La meilleure façon de rester au chaud et au sec est de porter plusieurs couches de vêtements.

Couche de base
Communément appelée « sous-vêtement », la couche de base joue un rôle clé puisqu'elle est en contact direct avec la peau. Elle sert à évacuer l'humidité vers les couches extérieures pour en faciliter l'évaporation.
Les sous-vêtements en polypropylène et en polyester sont légers, résistants, absorbent très peu l'humidité et sèchent très rapidement, ils doivent être moulants, mais ne doivent pas être trop serrés ni entraver la liberté de mouvement.

Couche intermédiaire
Cette couche doit pouvoir retenir la chaleur du corps. La laine et les étoffes synthétiques constituent des isolants efficaces, car la structure de leurs fibres emprisonne l'air chaud. Tout comme la couche de base, la couche intermédiaire doit être ajustée sans être inconfortable.

Couche externe
La couche externe est la première ligne de défense contre les intempéries. Il existe différents types de couches externes, dont les vêtements imper-respirants, les vêtements coupe-vent, les coquilles souples et les vêtements imperméables.

Les chaussettes doivent être confortables et bien ajustées. La double paire est conseillée pour éviter les frottements pouvant occasionner les ampoules. La laine et les fibres synthétiques faite d'un mélange d'acrylique, de nylon extensible et de polyester sont beaucoup plus performantes que le coton. La laine de mérinos demeure la matière à privilégier, elle procure un équilibre exceptionnel entre l'évacuation de l'humidité, la chaleur et le confort.

Les mitaines sont plus chaudes que les gants simplement parce qu'elles ont une surface de refroidissement moins grande que les gants.
Par temps très froid, optez pour un système multicouche constitué de gants minces en laine ou en fibres synthétiques permettant l'évacuation de la transpiration, ensuite de mitaines en laine polaire ou en laine pour isoler et finalement de mitaines coquilles protégeant contre le vent ou l'humidité.
Le système multicouche permet de bien contrôler la température tout en conservant la dextérité des doigts.

Le bonnet ou la tuque est indispensable par temps froid.
L'organisme perdrait de 30 à 40 % de sa chaleur par la tête.

N’hésitez à apporter des vêtements de rechange.

Respectez la nature en évitant de laisser des déchets sur son passage.